Le fondement pour créer le GECT était la volonté de générer une agglomération transfrontalière sur Alzette Belval. Pour y arriver, les membres de la structure ont décidé qu’outre porter des projets et des dynamiques à l’échelle d’Alzette Belval, il fallait également inscrire ce territoire comme une agglomération dans les réflexions portées à des strates supérieures. En effet, leur reconnaissance de ce territoire comme un lieu aux valeurs communes et aux objectifs partagés entérine sa position comme un territoire unique.

À cet effet, le GECT organise chaque année différentes actions et manifestations pour une promotion élargie d’Alzette Belval mais s’associe également à différents projets ou mouvements transfrontaliers qui dépassent son seul espace pour proposer sa position de laboratoire ou partager son expérience de terrain (pour la CIG, les projets INTERREG EDUCO, AROMA, SDT-GR,..). Il participe également à des réflexions, réunions, groupes de travail nationaux pour faire valoir Alzette Belval, ses attentes et besoins dans les réflexions portées de chaque côté de la frontière. Enfin, le GECT Alzette Belval s’inscrit dans des démarches ou instances européennes comme grâce à sa participation au monitoring des GECTs par le Comité européen des régions ou au projet ERASMUS + CECCUT (Capitales Européennes de la Culture et Cohésion Urbaine Transfrontalière).

Cette page revient sur différentes actions de positionnement.

La Mission Opérationnelle Transfrontalière (MOT) organise chaque année ses instances sur un territoire frontalier français. C’est l’occasion de réunir les spécialistes de la coopération transfrontalière et de partager des expériences de coopération locale afin d’essaimer les bonnes pratiques et les différentes approches conduites par les acteurs de terrain. Le territoire d’Alzette Belval a été choisi par la MOT, et  sur du GECT, la XXème réunion des instances de la MOT a eu lieu les 15 et 16 mars 2017 à Belval et à Villerupt. La manifestation a réuni une centaine de personnes sur les deux jours et a attiré de nombreuses personnalités politiques.

Pour la première fois, et à la demande du réseau, des visites de terrain étaient organisées. Le premier jour était consacré aux instances « traditionnelles » : bureau, conseil d’orientation et assemblée générale et le second jour a été consacré aux visites de terrain à Belval et à Villerupt. Ces dernières ont permis de présenter la spécificité et l’évolution transfrontalière du territoire d’Alzette Belval.

Ainsi les participants ont pu avoir une présentation du projet Belval par AGORA en salle puis sur site pour constater d’une part du développement engagé mais également pour pouvoir mieux envisager quel impact le développement d’un tel pôle à la frontière du pays peut avoir sur les espaces voisins tant français que luxembourgeois.

Cette visite a été suivie d’une présentation de l’Opération d’Intérêt National par l’EPA d’Alzette Belval à la mairie de Villerupt. Compte-tenu des délais à respecter, il n’a malheureusement pas été possible de se rendre sur site mais les participants ont pu en avoir un aperçu lors de leurs déplacements en bus. Enfin, l’aspect transfrontalier a été mis en avant avec la présentation du GECT.

Afin de donner un caractère convivial à la manifestation et de faire découvrir l’histoire du territoire d’Alzette Belval, une visite guidée du Musée des mines de fer d’Aumetz a été organisée pour la soirée culturelle du premier jour, suivie d’un repas au restaurant à Belval.

L’organisation d’un tel évènement a permis de mettre un nouveau coup de projecteur sur cet espace de coopération franco-luxembourgeois où les autorités ont décidé de s’allier pour construire un avenir commun.

Sur initiative de la Ville d’Esch-sur-Alzette et du Ministère du Développement Durable et des Infrastructures, le GECT a organisé le 16 septembre 2017 une conférence lors de la semaine de la mobilité luxembourgeoise sur le thème «Alzette Belval, vers une smart city transfrontalière» avec un focus sur la mobilité intelligente.Cette conférence a réuni environ 80 participants et avait pour objectif de présenter le concept global de smartcity et d’envisager une application transfrontalière.

Retrouvez tout sur la manifestation de septembre 2017 sur  https://gectalzettebelval.eu/smartcity/

À l’initiative des membres du Bureau du GECT, les élus d’Alzette Belval ont pu se rencontrer lors d’une manifestation conviviale organisée à leur  attention le 12.09.2018 à Belval.

Après une présentation synthétique et dynamique du groupement et de ses activités, les participants étaient invités à échanger sur les différentes actions menées par le GECT. Des tables thématiques avaient été disposées dans la salle du Foyer de la Maison des Arts et des Étudiants de l’Université du Luxembourg à Belval, avec des fiches idées / projets sur lesquelles les élus pouvaient s’exprimer pour la construction conjointe de l’agglomération transfrontalière d’Alzette Belval. À l’issue de ce moment convivial, une conférence de presse était organisée pour notamment officialiser la signature de deux conventions, l’une concernant le schéma de développement et l’autre pour le protocole en matière de transport en commun routier.

Cette journée du 12 septembre a également été l’occasion d’organiser une consultation citoyenne sur Alzette Belval. En effet, afin de préparer les élections européennes de mai 2019, des consultations ont été organisées du printemps à l’automne 2018. Elles avaient pour objectif de donner la parole aux citoyens sur leur vision de l’Europe, et de collecter ainsi leurs propositions sur l’avenir de l’Europe.

16 personnes (8 résidents français et 8 résidents luxembourgeois) ont participé à la consultation sans frontière organisée par le GECT Alzette Belval. Ils ont échangé sur de nombreuses thématiques : mobilité, éducation, développement, communication, santé… mettant également en avant les défis auxquels l’Union Européenne devait répondre, et leur vision de vivre au sein d’une agglomération transfrontalière.

Le compte-rendu de la manifestation a été envoyé au Ministère des Affaires Étrangères et Européennes du Grand-Duché de Luxembourg qui l’a intégré dans la synthèse rédigée pour la Commission européenne.