UNE IBA POUR LE TERRITOIRE TRANSFRONTALIER D’ALZETTE BELVAL ?

 

Lors de l’élaboration de sa (première) stratégie d’actions pour la période 2014-2016, le GECT s’est focalisé sur un ensemble d’actions visant à promouvoir l’émergence et la reconnaissance d’une agglomération transfrontalière. Cette stratégie repose dans la construction d’un avenir transfrontalier commun, pour tous les habitants du territoire, et se décline notamment dans l’élaboration d’un schéma de développement transfrontalier.

Un premier bilan (réalisé en 2017) a permis de quantifier et de qualifier les réalisations portées par le GECT. Tout en souhaitant poursuivre la mise en œuvre des premières orientations stratégiques, l’ensemble des partenaires s’engagent aujourd’hui dans une nouvelle démarche partenariale : Impulser la préfiguration d’une Internationale Bauausstellung (IBA) pour ce territoire de coopération.

_ L’IBA ?

L’IBA est un outil développé en Allemagne. Il permet de révéler avec succès des concepts créatifs et innovants dans les domaines de l’architecture, de l’urbanisme ou  du développement territorial. Des projets menés dans le cadre des IBA existantes (Heidelberg, Stuttgart, Hambourg ou encore Bâle en Suisse), ont démontré l’étendue des possibilités novatrices voire avant-gardistes qu’offre cet outil pour (ré)inventer l’avenir urbain ou métropolitain d’un territoire préalablement identifié et dans un temps limité.

 

Des projets, de nature très variée, ont émergé grâce aux IBA engagées (environ 50% des projets soutenus par les IBA n’étaient pas connus au démarrage de l’IBA concernée). Ces derniers sont évidemment architecturaux comme la construction avant-gardiste d’un nouvel accumulateur de chaleur par la Stadtwerke Heidelberg (IBA Heidelberg) ou l’élaboration d’un système de construction mono-matériau durable en bois de Thuringe qui permet de construire, isoler ou aménager tout un bâtiment sans aucun composant métallique ou adhésif (IBA Thüringen).

 

Mais les IBA visent également à inverser le processus d’aménagement en voyant les habitants, les usagers comme les décideurs de leur futur. Ainsi l’IBA de Thuringe a, par exemple, permis à la société civile (habitants et entrepreneurs regroupés dans l’association JafürGera) de définir l’avenir d’un espace de 2,5 hectares de terres désaffectées. La définition du projet, de ce qui été attendu par les usagers pour ce « nouveau centre », s’est faite en suivant les attentes et besoins identifiés par les habitants et entrepreneurs. Sur la base du plan directeur défini, un concours a été lancé pour attribuer les parcelles à aménager. Ici les habitants ont pris part directement à la réorganisation de leur ville.

 

_ L’IBA pour Alzette Belval ?

Pour Alzette Belval, cet outil représente un moyen supplémentaire et unique en vue d’engager « une stratégie de développement dans une dimension opérationnelle transfrontalière » qui intègre aussi bien des projets communs, notamment architecturaux et urbanistiques, que des projets situés de part et d’autre de la frontière menés sur la base d’objectifs clairs et d’une méthodologie souple. Pensé comme un concept fédérateur axé sur une stratégie commune devant se concrétiser par la réalisation de projets durables, l’objectif recherché est de positionner le territoire Alzette Belval sur l’échiquier international en tant que modèle d’une région transfrontalière européenne; au niveau du pilotage de projets et dans le domaine d’un aménagement partagé  du sol.

L’IBA s’intègre dans l’objectif du GECT de construire l’agglomération transfrontalière avec ses habitants. Aussi, la mission de préfiguration de l’IBA devra définir comment les habitants ou futurs usagers seront une des forces de décision de l’avenir de ce sol commun.

_ Tout de suite 

Chaque IBA dure, en moyenne, 10 ans et est précédée d’une phase de préfiguration d’une durée de 2 ans pour réaliser l’étude de faisabilité. Cette étude vise à fixer les thématiques fédératrices [le MOTTO, retenu en fonction du contexte local et des problématiques spécifiques du territoire], arrêter le territoire d’intervention, envisager les financements mobilisables, discerner les montages juridiques envisageables,… et prévoir déjà un ensemble de projets pilotes. Ce travail de préfiguration complet permet d’envisager la réalisation (ou non) d’une IBA.

La phase préparatoire est en outre indispensable pour que l’IBA réponde aux enjeux locaux et permette in fine la réalisation de projets novateurs notamment architecturaux, avec une forte dimension sur le logement et son rapport à l’urbanité.

La phase de préfiguration a débuté en décembre 2019, la livraison du mémorandum de l’IBA Alzette Belval étant fixée avant la fin de l’année 2021. Le lancement officiel de la mission est prévu fin janvier 2020. Une présentation plus détaillée du projet sera mise à disposition à cette occasion.

_ Avec qui ?

Tout en étant le chef de file du projet, le GECT agit avec le soutien financier du Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire pour la France et, du côté luxembourgeois, du Ministère de l’Énergie et de l’Aménagement du Territoire et du Ministère du Logement. En outre des partenariats opérationnels sont prévus avec, notamment, l’Université du Luxembourg, le centre LUCA (Luxembourg Center for Architecture) et l’Établissement Public d’Aménagement d’Alzette Belval (EPA Alzette- Belval) et des échanges sont engagés avec de la Région Grand Est.

logo Etat français