Le projet INTERREG VA Grande Région ABACTIV (Alzette Belval à vélo et à pied!) prévoit de développer sur l’agglomération transfrontalière d’Alzette Belval un véritable réseau aménagé et sécurisé de voies cyclables et piétonnes, et ses services annexes.

Alzette Belval est un territoire transfrontalier dense qui génère et absorbe des flux transfrontaliers quotidiens, ce qui appelle à la création de nouvelles infrastructures pour la mobilité active. ABACTIV a pour objectif de réaliser les infrastructures manquantes et nécessaires afin d’améliorer considérablement l’offre en matière de mobilité durable pour les déplacements transfrontaliers quotidiens des travailleurs et apprenants. Il permettra de réaliser les connexions nécessaires entre les liaisons douces et sera ainsi la première pierre vers la mise en place d’un réseau plus dense et encore plus intégré à l'échelle d'Alzette Belval.


Le GECT Alzette Belval est chef de file du projet mais ce dernier ne pourrait pas se concrétiser sans l'intervention de différents opérateurs : l'EPA Alzette Belval et les communes de Mondercange, Sanem et Schifflange.

ABACTIV est également suivi et soutenu par différents opérateurs méthodologiques : la Ville d'Esch-sur-Alzette, le Ministère luxembourgeois de la Mobilité et des Travaux Publics _ Département de la mobilité et des transports et e Ministère luxembourgeois de la Mobilité et des Travaux Publics _Administration des ponts et chaussées.


 

Le coût du projet s'élève à 4_681_143,50€.

Il est soutenu par le programme INTERREG VA Grande Région à hauteur de 2_078_311,10€.

 

Le projet

La mobilité est un sujet important pour l’agglomération d’Alzette Belval. La congestion routière aux heures de pointe nécessite de tout mettre en oeuvre pour accroître les solutions alternatives à la voiture individuelle. En effet, Alzette Belval est à la fois un territoire qui absorbe une part importante des flux de travailleurs frontaliers (env. 30 000 véhicules/jour y passent la frontière) et un espace générateur de déplacements (sur les 10 000 actifs résidents français, 7 000 travaillent au Luxembourg dont 3 800 sur les seules communes luxembourgeoises du GECT).

En tant qu’agglomération, il est nécessaire qu'elle soit accessible à ses propres habitants et aux personnes qui viennent y travailler en diminuant l'usage individuel de la voiture pour asseoir la durabilité des déplacements. Des alternatives au « tout voiture » doivent être mobilisées et développées.

Aujourd’hui, il existe peu de solutions permettant l'utilisation du vélo comme une alternative stable pour les déplacements domicile/travail transfrontaliers.
L’agglomération transfrontalière dispose de pistes aménagées sur le versant luxembourgeois mais le reste des trajets doit être fait sur les routes engorgées et dangereuses d’Alzette Belval. Aucune piste ou voie sécurisée ne traverse la frontière et les infrastructures manquent en provenance des communes françaises à partir desquelles les navetteurs pourraient rejoindre le réseau existant de voies dédiées.

Ces éléments expliquent la dangerosité que représente le vélo comme mode de transport au sein de l’agglomération pour rejoindre les lieux d’emploi et justifient la prédominance de la voiture dans les déplacements quotidiens (80% des déplacements en voiture individuelle / 2% en vélo).

Une réponse transfrontalière coordonnée est donc indispensable pour la création d’une première partie d'un réseau adapté de voies cyclables et piétonnes.

Le vélo est le mode de déplacement le plus adapté pour les déplacements quotidiens de moins de 7km. Alzette Belval est un territoire dense et urbain qui s’organise autour d’un espace frontalier fonctionnel dynamique où l’afflux de nouvelles populations combiné à des infrastructures encouragent la mise en place de nouvelles solutions de mobilité tournées vers les modes doux.

En effet, les distances à parcourir entre les quartiers d’habitat et les zones d’emplois ou les gares ou hubs de mobilité sont très courtes (moins de 5 km entre les quartiers de Micheville et Belval (180 entreprises / 5000 salariés) et donc adaptées au vélo classique ou à la marche. Il existe aussi des distances un peu plus longues mais tout à fait adaptées au vélo électrique : 10km entre Rédange et la zone d’activités de Foetz/Lëtzebuerger Heck (187 entreprises/4130 salariés), 9km entre Villerupt et la ZARE Est/Ouest de Sanem (72 entreprises / 1800 salariés), ...

Le projet ABACTIV intéressera les résidents français travailleurs luxembourgeois qui pourraient utiliser le vélo pour se rendre sur leur lieu de travail ou pour prendre un train ou un bus en direction de Luxembourg Ville.

L’idée est renforcée par des temps de trajet en voiture qui ne cessent de s’allonger et par une offre de transports en commun de plus en plus adaptée à une articulation avec les modes actifs (lignes de bus transfrontalières, gare de Belval, gare d’Howald, gare du Pfaffenthal qui permettent de desservir des zones d’emploi très actives sur le territoire d’Alzette Belval et ailleurs).

1 _ Création de pistes spécifiques pour connecter les quartiers d’habitat aux pôles d’emplois (7.5km)

L’objectif d’ABACTIV est de réaliser les connexions manquantes pour permettre aux navetteurs de favoriser le vélo à la voiture. Le projet prévoit le premier tronçon transfrontalier et les pistes manquantes vers les lieux d'emploi.

ABACTIV prévoit une voie structurante sur le versant français: 4.2 km de voies sécurisées seront réalisées avec la réalisation d’une liaison cyclo-pédestre en dur de Micheville (F) à Belval (L) en passant par Audun-le-Tiche (F), Russange (F), le futur quartier «portes de Belval » (F) et s’arrimant à la PC8 à Belvaux (L) : 2 km de voie express cyclable, 2.2 de km de bandes latérales et de zone de cohabitation vélo/voiture réalisés par l’EPA. Il s'agira de la première piste qui pourra être renforcée ou étendue à l'avenir.

Il est également prévu des interconnexions manquantes côté luxembourgeois (soit 3.3 km créés) :
1. Création d’une voie en dur (0.6 km) reliant la gare de Belvaux-Rédange à la PC8 qui longe la frontière FR-LU afin de permettre aux travailleurs frontaliers de rejoindre la gare ferroviaire par un itinéraire sécurisé. Réalisé par la commune de Sanem.
2. Réalisation d’une piste cyclable reliant la zone artisanale ZARE-EST à la zone artisanale ZARE-Ouest. Les salariés pourront se déplacer à vélo sur un itinéraire sécurisé en incluant un tronçon limité de la PC6 (0.4 km nouvelle piste cyclable). Réalisé par la commune de Sanem.
3. Création d’un itinéraire propre cyclo-piétonnier entre la gare de Schifflange et la zone d’activité Auf Herbett à Schifflange (1 km) et le prolongement de la piste jusqu’à la zone d’activité de Foetz (0.8 km) et au-delà une connexion avec la voie express longeant l’autoroute A4 planifiée afin d’inciter les employés et les utilisateurs des deux zones à se déplacer en vélo. Le réseau schifflangeois sera ainsi connecté au réseau national via la PC6. Réalisé par la commune de Schifflange.
4. Réaménagement en dur de la piste cyclable entre Mondercange et Schifflange (actuellement un chemin en terre non adapté pour les déplacements domicile-travail) sur une longueur de 0.5 km, afin de relier les infrastructures existantes (PC1/PC6) et prévues dans le cadre du projet à la zone d'activité Foetz / auf herbett. Réalisé par la commune de Mondercange.

 

2 _ Déploiement de stationnements

Panneau PVC Parking vélo L’aménagement de stationnements publics (abris couverts,…) et privatifs (box sécurisés) dans les lieux d’emploi, d’enseignement, aux arrêts de bus et gares d’Alzette Belval est indispensable pour atteindre l’objectif fixé. Cette démarche est menée au Luxembourg depuis un certain temps. La peur des dégradations, du vol ou l’incertitude de trouver un moyen pour garer son vélo en sécurité ont des effets dissuasifs. Le « réflexe vélo » ou marche à pied pour les déplacements professionnels ou des étudiants est long à installer et le moindre élément peut décourager l’utilisation d’un mode alternatif. En effet, chacun est habitué au confort de la voiture individuelle garée proche de son lieu de travail, il faut donc
envisager toute la chaine de déplacement en vélo, y compris le stationnement, ou l’articulation avec d’autres modes de transports, pour que la mobilité active soit choisie. Des équipements de tout ordre doivent être prévus.

En complément des stationnements existants, il est prévu la création d’au minimum 3 box sécurisés (consigne à accès sécurisé pour stocker un ou plusieurs vélos) et 7 abris publics à vélo pour qu’ils soient protégés des intempéries.

3_ Une signalétique pour une bonne circulation

Pour répondre aux objectifs du projet et aux spécificités du territoire, le réseau envisagé dans le cadre d’ABACTIV sera multiforme : voies dédiées, bandes latérales, ... Il convient donc de prévoir une signalétique efficace, coordonnée et transfrontalière afin que les déplacements soient faciles et deviennent naturels à pied et à vélo au sein de l’agglomération. Résultat de recherche d'images pour "pistes cyclables logo"

Toutes les voies aménagées seront dotées de jalonnement. Ce dernier sera complété par des marquages au sol et le déploiement d’un système de guidage qui informe les usagers du temps de parcours moyen vers un point d’intérêt.

Une signalisation spécifique pour les zones de « parking » à vélo (type M’Box, parkings couverts…) pourra être mise en place. Ces actions in situ complèteront les cartes et guides (papier et digitaux) qui permettront de retenir le meilleur itinéraire possible. Une signalétique efficace permettra de proposer un service adapté à la mobilité des travailleurs et de prévenir l’insécurité pour les déplacements à pied et à vélo qui reste un frein majeur à l’usage du vélo en milieu urbain.

Le déploiement d’infrastructures cyclables et piétonnes doit aller de pair avec le développement d’une offre de services à la mobilité : bornes de vélo en libre-service, location longue durée, stations de réparation et entretien sur l’ensemble du territoire transfrontalier pour un service de mobilité adapté et qui répond aux besoins des travailleurs frontaliers et habitants.

ABACTIV prévoit la mise en place d’un service de location courte ou longue durée. En effet, la réalisation de pistes cyclables ne signifie pas nécessairement que l’ensemble des usagers potentiels disposent d’un vélo. A l’instar des stations Vël’OK initiées par le CIGL d’Esch-sur-Alzette qui propose principalement la location de vélos électriques, des stations de location seront installées. Il est prévu le déploiement de 18 nouvelles stations de vélo-location côté luxembourgeois (soit 170 vélos, également électriques qui permettent de se déplacer à vélo sur l’ensemble du territoire vallonné d’Alzette Belval). Des bornes compatibles avec le réseau luxembourgeois seront également déployées dans un second temps sur le versant français (hors ABACTIV).

Par ailleurs, une compatibilité des systèmes sera prévue pour permettre une utilisation transfrontalière des vélos en libre-service.

Parallèlement, un service de location longue durée peut inciter les personnes à choisir le vélo pour se rendre sur leur lieu d’emploi avec du matériel qui s’adapte aux besoins fluctuants des usagers. L’idée retenue par les partenaires est de lancer un appel (ou plusieurs appels) à manifestation d’intérêt pour que la sphère privée ou associative s’empare de ces développements (à l’exemple de l’asbl CyCLO à Bruxelles ou des déploiements existant sur le Grand Nancy).

Le dernier service attendu lorsqu’un territoire souhaite encourager la mobilité active concerne les stations/garages vélo : réparation, entretien,…. Il conviendra de prévoir quelques lieux sur le territoire d’Alzette Belval qui permettront aux cyclistes de réparer et d’entretenir leur matériel. Ces stations pourront être un service développé sur les parkings relais, dans les gares ou dans les parcs à l’instar de la station de lavage au Gaalgebierg à Belvaux.

Pour finir, une enquête récente démontre que 36% des entreprises des zones d’activités du Sud Luxembourg mettent à disposition des vestiaires et douches. Des progrès restent donc possibles. L’installation de ce type d’équipements sur les lieux d’emploi peut inciter les employés à se rendre au travail à vélo par tous les temps. Comme prévu dans le cadre de l’action 2 « communication », des campagnes de communication ciblées vers les entreprises permettront de sensibiliser les entreprises pour le déploiement de tels services.

Des actions de promotion des modes actifs seront prévues car le projet ABACTIV vise à convaincre les usagers de la « voiture solo pour se rendre au travail » à changer leurs habitudes de déplacement.

_ Une communication classique qui reste indispensable.

Le projet prévoit la réalisation, l’édition et la diffusion d’une carte papier du réseau comprenant conseils et bonnes pratiques ainsi que d’une charte des bons usages.

Des dépliants promotionnels viendront compléter ces supports pour les différents services mis en place : box sécurisés, vélo en libre-service, location longue durée,…

_La communication ciblée pour « détourner » les navetteurs de la voiture et de les orienter vers un nouveau mode de transport pour les déplacements transfrontaliers domicile-travail.

Une communication spécifique sera faite à l’attention des travailleurs et apprenants et plus spécifiquement des automobilistes. Concernant les automobilistes, des campagnes d’affichage à l’arrière des bus et sur le mobilier urbain seront organisées.

Concernant les travailleurs et apprenants d’Alzette Belval, des actions de promotion seront prévues :

- l’organisation sur Alzette Belval d’un challenge « au boulot à vélo » qui encourage les salariés à se rendre sur leurs lieux de travail en vélo pendant une période donnée (Alzette Belval pourra être le lieu d’origine ou d’arrivée).

- l’animation de campagnes de communication ciblées vers les entreprises (mailing, information,..) et évènements « vélo » (essai de vélo électrique, présentation des voies dédiées sur Alzette Belval,…) sur différents lieux d’emplois.

- une action « vos trajets à vélo ou à pied récompensés ! » : des entreprises et administrations partenaires offriront un café, une visite ou un bon d’achat aux personnes qui parcourent un certain nombre de kilomètres pour se rendre au travail en vélo,

_ La communication digitale

À l’ère du tout numérique, il est indispensable de déployer des outils digitaux afin que chacun puisse facilement connaître les solutions qui lui sont offertes. Le développement d’une application ou d’une page internet « full responsive » par le GECT Alzette Belval permettra notamment le déploiement de cartes interactives pour repérer les stations vélos en libre-service, les locations longue durée, ....

Les réalisations